Qui sera payé avec la « tirelire » du surplus ?

Les mesures supplémentaires qui seront accordées aux agriculteurs et aux éleveurs constituent le nouvel ajout au plan du gouvernement pour la mise en œuvre de nouvelles actions positives jusqu’au milieu de l’année, alors que la plupart d’entre elles seront financées à partir de la surperformance de 2023.

Jusqu’à présent, les agriculteurs de Thessalie ont eu la possibilité de présenter une nouvelle demande pour les dommages causés en septembre dernier par la tempête “Daniel”, en réclamant une avance supplémentaire de 5.000 euros à 10.000 euros. En outre, une remise supplémentaire de 10 % a été accordée à l’électricité rurale, de mai à septembre, qui aura des coûts à partir de juin. Reste donc à voir le résultat de la réunion que les représentants des agriculteurs auront mardi midi avec le Premier ministre, Kyriakos Mitsotakis, afin d’avoir une vue d’ensemble des mesures supplémentaires qui seront mises en œuvre pour que le les agriculteurs à suspendre leurs mobilisations.

Le Premier ministre a annoncé depuis le début de l’année qu’il entendait continuer à soutenir les ménages financièrement vulnérables, allégeant ainsi la pression de la ponctualité. Le ministre de l’Economie nationale et des Finances, Kostis Hatzidakis, a indirectement confirmé dans ses déclarations du week-end l’intention du gouvernement d’accorder une nouvelle allocation. Les mesures de soutien à moyen terme ayant été retirées à partir de fin 2023 dans l’ensemble de l’Union européenne, un coup de pouce d’urgence est prévu pour Pâques.

Il est rappelé qu’en 2023, un total de trois prestations extraordinaires d’un montant total de 739 millions d’euros ont été accordées aux plus faibles économiquement. Mais 352 millions d’euros ont été accordés en décembre dernier sous forme de subvention sociale d’urgence à 2,3 millions de personnes économiquement vulnérables. Une intervention similaire est attendue pour Pâques et Noël cette année.

Une troisième intervention prévue par les ministères co-compétents de l’Économie nationale et des Finances et de la Cohésion sociale et de la Famille sera le nouveau programme de soutien aux familles qui aura comme noyau un nouveau programme de logement pour les nouveaux couples et sera annoncé en mai.

Il a également été convenu de disposer en permanence d’une réserve de liquidités de 100 à 150 millions d’euros pour d’éventuelles nouvelles catastrophes naturelles. Les mesures positives se poursuivront au second semestre, mais seront financées par la surperformance des recettes fiscales de 2024.

Quelles sont les données ?

La plupart des interventions du premier semestre 2024 seront couvertes par l’excédent reporté de 2023. Sur la base des données GLK, l’excédent primaire pour 2023 était bien supérieur à 2,55 milliards d’euros (1,1 % du PIB), principalement en raison d’une meilleure évolution attendue des recettes fiscales. Il s’élève notamment à 5,36 milliards d’euros, auxquels si l’on soustrait quelques reports de dépenses s’élevant à 2,3 milliards d’euros, il en résulte un excédent de plus de 3,2 milliards d’euros.

Le compte des recettes fiscales sera définitivement clôturé à la fin du mois. D’ici là, les deux dernières tranches de l’impôt sur le revenu et de l’ENFIA seront remboursées ainsi que la dernière tranche de la TVA de 2023. Cependant, on estime que dans tous les cas, il y aura un espace fiscal de 500 à 600 millions d’euros. qui peut certainement couvrir les changements prévus sans menacer ses objectifs budgétaires.

Source: Capital

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

top news

popular news